Projets de recherche

2020 2022 : Bourse postdoctorale (Fond National Suisse de la Recherche Scientifique) pour un séjour de 18 mois à King’s College London

Quand les athlètes ghanéens rêvent de voyage. La mobilité sportive entre ressource individuelle et statut « d’ambassadeur sportif » (1936-1991)

Ce projet, financé par le Fond National Suisse de la Recherche Scientifique, sera mené au sein du Department of History de King’s College London, dans le cadre d’un séjour scientifique de 18 mois, d’octobre 2020 à mars 2022.

Cette recherche interroge l’émergence de figures d’ambassadeurs informels sportifs de l’Afrique dans le monde au vingtième siècle. Ce projet fait l’hypothèse que comprendre les difficultés, les opportunités, les trajectoires et les réseaux d’étudiants-athlètes se rendant dans des universités étrangères permet de comprendre la manière dont ces jeunes gens et jeunes femmes incarnent, s’approprient et transforment le statut d’ambassadeur informel qui leur est attribué par les autorités de leur pays. Dans un premier temps, l’analyse portera sur les trajectoires d’athlètes quittant le Ghana pour des universités britanniques, à partir des années 1930. En effet, la Grande-Bretagne a elle aussi été une destination de choix pour leur entraînement du fait de l’ancienneté du mouvement sportif universitaire britannique d’une part et des liens impériaux qui lient les deux territoires d’autre part, le Ghana étant une colonie britannique jusqu’en 1957.

2014 – 2020 : Thèse de doctorat, Université de Lausanne et SciencesPo Paris

Sport, citoyenneté et genre en Afrique de l’Ouest : Histoire sociale et politique comparée de la jeunesse au Ghana et en Côte d’Ivoire au XXe siècle

Doctorat en Sciences du sport (Institut des sciences du sport de l’université de Lausanne) et en Sciences politique, mention sociologie politique comparée (Centre d’études des relations internationales de Sciences Po Paris), sous la direction des Professeurs Nicolas Bancel et Richard Banégas. Lauréate du prix de thèse de la Faculté de Sciences sociales et politiques de l’université de Lausanne.

Ce travail explore une facette inédite de la formation citoyenne postcoloniale en Afrique de l’Ouest au XXe siècle. Ainsi, cette thèse propose de comparer la constitution et le déploiement de trois dispositifs d’activités physiques et sportives au Ghana et en Côte d’Ivoire. Il s’agit de comprendre la manière dont les sports, les mouvements de jeunesse et l’éducation physique ont participé à construire l’histoire sociale et politique des jeunesses ghanéennes et ivoiriennes.

Le Flamboyant, revue des Guides de Côte d’Ivoire, 1974.

Ohene Djan, directeur de la Central Organisation of Sports du Ghana, 1961.

Cette étude montre comment dans les deux pays, les activités physiques et sportives ont été employées par les États coloniaux et postcoloniaux pour promouvoir la formation d’un jeune citoyen idéal : sportif, masculin, urbain, scolarisé et loyal à l’État. D’une part, cette recherche vise à mettre en évidence l’ambivalence qui se joue dans la pratique sportive, entre émancipation et subordination. D’autre part, il s’agit d’éclairer la manière dont les dispositifs d’activités physiques et sportives ont contribué à la définition et l’encadrement d’identités sexuées. Cette thèse s’appuie sur des archives récoltées au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, en France, en Grande-Bretagne, en Suisse et aux États-Unis et sur des entretiens biographiques réalisés auprès d’une quarantaine d’anciens sportifs ghanéens et ivoiriens.